Le droit d’asile

Parmi les femmes accueillies à PasserElles Buissonnières plusieurs d’entre elles sont engagées dans une démarche de demande de protection. Dès lors, nous avons consolidé une expérience et des compétences pour accompagner au mieux l’accès au droit d’asile. Pour ce faire, le Protocole d’Istanbul nous sert de cadre de référence pour mettre en oeuvre un accueil pluridisciplinaire de femmes en demande d’asile et victimes de traitements inhumains et dégradants.

De 2017 à 2019, PasserElles Buissonnière a initié un laboratoire expérimental pour la mise en œuvre de cette démarche préconisée par le Protocole d’Istanbul, document validé par l’ONU pour s’entretenir avec des personnes victimes de traitements inhumains ou dégradants. (Le lancement de ce projet a été financé par l’Archipel des Utopies.)

Ce Laboratoire expérimental qui a mobilisé une dizaine de professionnels du droit, de la santé et du travail social a montré la richesse et la plus-value qualitative d’une approche pluridisciplinaire tant pour les femmes que pour les professionnels.

Convaincus de la nécessité d’inscrire cette démarche dans la durée, l’expérimentation s’est traduite aujourd’hui par un axe d’accompagnement à part entière et enrichi de femmes victimes de tortures et de violences en demande d’asile. Pour les femmes concernées cela permet notamment d’accéder à un espace de prise en charge du trauma en même temps qu’elles bénéficient d’un accompagnement pluridisciplaire dans leur demande d’asile.

Cette action est rendue possible grâce à des partenariats avec des professionnels du soin hospitaliers et libéraux, et des avocates du Barreau de Lyon dont le travail est financé grâce au réseau Tiberius Claudius. Ils se réunissent régulièrement pour mettre en commun leurs expériences et leurs compétences au service de l’accompagnement d’une dizaine de femmes chaque année.

Cet engagement dans le domaine du droit d’asile se décline également au travers :

– d’actions de formations :  conduites à deux reprises en 2015 et en 2019 notamment par Önder Özkalipci, médecin légiste consultant auprès du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme de l’ONU et Caroline Schlar psychologue, tous deux coordinateurs de la rédaction du Protocole.

– un travail de plaidoyer : en 2018 dans le cadre du projet de Loi asile, PasserElles Buissonnières associée à d’autres partenaires ont développé un argumentaire pour attirer l’attention de nos parlementaires sur un certain nombre de points problématiques. Ce travail a été relayé par un travail collectif sur des amendements.

 

 

 

 

 

 

Partagez

Les commentaires sont fermés