Quand l’art devient PasserElles…

« L’atelier de Jenny » ou comment une initiative culturelle ouvre l’opportunité d’une découverte professionnelle et crée un espace de rencontre.

Jusqu’au 5 janvier 2020 se tient la Biennale d’Art contemporain à Lyon.

Comme il en va souvent dans la vie de Passerelles Buissonnières d’une chose en découle une autre qui elle-même conduit sur des possibles et des aventures que nous n’imaginions pas. En juin 2019, dans le cadre des Passerelles découvertes, nous avons pu visiter une exposition au Musée d’Art Contemporain de Lyon (MAC) avec pour guide la responsable de la médiation, Fanny. A la suite de ce moment d’échange et de découvertes partagées, le MAC nous propose un atelier de création artistique avec un ou une artiste de la Biennale d’art contemporain, en partenariat avec l’Urdla, centre de gravure et sérigraphie.

Une petite équipe de femmes est intéressée, le MAC choisit Jenny Feal, jeune artiste cubaine pour la création artistique et l‘atelier est prévu fin novembre.

C’est sans compter sur Jenny qui s’intéresse tout de suite à l’aventure. De plus la réalisation de son « projet Biennale » a pris du retard. Elle propose donc    simplement à notre petite équipe de venir l’aider, ce qui permettra de se connaître avant l’atelier artistique.

Cinq femmes souhaitent s’engager. Une rencontre est alors organisée dans l’atelier de Jenny à Décines, histoire d’en savoir plus : car une question se pose « comment pouvons-nous aider une artiste ? ».

Début août, Jenny nous reçoit dans son atelier au milieu de planches de bois, d’outils de menuisier, de peinture. Il faut l’aider à finir des portes de 4 mètres de haut, encadre

r du cannage, coudre des feuilles de livres en jute, … bien loin de la sculpture, des tableaux traditionnels !

Passé l’étonnement, toutes décident de confirmer leur engagement et de venir aider Jenny après une journée d’essai pleine d’enthousiasme.

Finalement, pendant plus de 10 jours répartis sur le mois d’août, accompagnées de bénévoles, selon leurs disponibilités, à leur rythme, elles bravent la chaleur, les transports en commun clairsemés en période estivale, parfois la fatigue pour apprendre à poncer, scier, raboter, peindre, assembler le bois, couper et agrafer le cannage, coudre un jute épais,

 

faire des chevilles en bois, prendre

des côtes, … avec les conseils attentifs et patients de Rémi le menuisier et Jenny. De cet atelier cosmopolite, entre Maghreb, Congo, Djibouti, Albanie, France et Cuba, toutes et tous œuvrent dans la bonne humeur et même en chantant, découvrant et acquérant tout à la fois le processus de création d’une œuvre et des compétences professionnelles nouvelles.

Le sentiment d’avoir partagé beaucoup, pour un résultat magistral

 

 

 

 

 

 

Jenny Feal, Pienso que tus versos son flores que llenan tierras y tierras (détail), 2019. Courtesy de l’artiste, de la Biennale de Lyon 2019 et (of the artist, the 2019 Lyon Biennale and) Galerie Dohyang Lee, Paris. © Blaise Adilon

Partagez

Les commentaires sont fermés